Traitement de sol
et Recyclage

Leader sur le marché du traitement des sols nous disposons de l’un des premiers parcs d’ateliers de traitement, constitués de matériels récents et équipés des dernières technologies. Notre savoir-faire nous permet aujourd’hui de traiter le sol en place pour tous types de chantier : routes départementales et communales, plates-formes de bâtiments industriels et commerciaux, retraitement de chaussée en place en site urbain, allées de parcs et forêts domaniales…

Un intérêt triple : économique, technique et environnemental

L’intérêt de cette technique, comparée à une technique traditionnelle est économique ; il est également technique puisqu’il préserve, voire améliore, la qualité et les performances des ouvrages. Il présente, en outre, un réel bénéfice pour l’environnement. En effet, le traitement des sols en place évite :
- l’évacuation des sols du site en décharge ;
- l’extraction de matériaux de carrier et l’amenée de ces matériaux sur chantier ;
- les norias de camions utilisés pour réaliser les différents transports d’évacuation et d’apport de terres.

Le rôle de la direction technique

Au travers de solutions variantes, notre bureau d’études optimise le dimensionnement des chaussées et privilégie l’utilisation des matériaux du site valorisés ; ceci sans remettre en cause la qualité et les performances des ouvrages exécutés. Chacune de ces solutions est validée par notre direction technique.

Les travaux d’entretien

La direction technique, avec le soutien du laboratoire intégré valide et contrôle chaque phase. En amont : étude de sol spécifique, détermination des liants et dosages optimales, consignes de compactage en fonction de la nature du sol et de son degré d’hygrométrie. À l’issue des travaux : contrôle de la qualité de l’ouvrage et des performances.

Un impact important sur l’environnement

Nous avons chiffré l’impact annuel sur l’environnement du fait de l’emploi de cette technique :
- nous valorisons 95 % des matériaux inertes du site contre 75 % pour une solution classique, soit une économie de près de 700 000 tonnes d’équivalents matériaux naturels ;
- nous faisons une économie de 3 500 tonnes de rejet de C02 du fait de la suppression du trafic routier.